Plateau Avijl

 
 

PRESSE 2012

Environnement uccle 
Avijl a (toujours) le Cœur en fête

Et de 9 ! Ce dimanche, l’Association Protection et avenir d’Avijl embarquera tous les amoureux de la nature dans un Cœur en fête, comme à l’accoutumée, à ne pas rater. La découverte du site, Montagne de Saint-Job, s’y accompagne d’un espace gourmand, d’un atelier promenades contées, d’un stand de compostage, etc. Pour l’occasion, ce Cœur battra également au rythme des associations défenderesses de ce type d’espaces. Alors, oubliez bicoques, cachots, cagibis, masures, cloaques et autres intérieurs ! Et aérez-vous ! Infos sur www.avijl.org
 
  SOURCE : dh   G. BE - 29.09.2012
De Decker cherche une partenaire pour sa majorité
Protection et avenir d'Avijl se mobilise pour sauvegarder ce site champêtre


"Nous avons réussi à maintenir la bonne santé financière de notre commune et ce n’était pas gagné en 2006". Le bourgmestre Armand De Decker (MR) est satisfait de son bilan et se présente aux élections plutôt serein. En toute logique, il devrait poursuivre son travail durant les 6 prochaines années. La seule question qui se pose à Uccle est de savoir avec qui. En 2006, la liste du bourgmestre avait décroché la majorité absolue. Elle l’avait ouverte au PS. Avec la scission du MR, les changements sont possibles. Les libéraux auront du mal à refaire une majorité absolue malgré la venue de Didier Reynders. Le vice-Premier qui pousse la liste a toujours dit qu’il ne visait qu’un poste de conseiller communal et ne ferait pas une campagne agressive. Cela se confirme, certains affirmant même ne pas l’avoir encore croisé.

Au contraire, le FDF, emmené par Joëlle Maison, Emmanuel De Bock et Béatrice Fraiteur, est ultra-présent. Comme échevine de l’Enseignement, Joëlle Maison jouit d’une grande popularité. Si le FDF fait un score suffisant, Armand De Decker pourrait décider de les prendre comme unique partenaire. On parle également du CDH. Stéphane de Lobkowicz ne se présentant pas, Céline Fremault, a toutes ses chances. On murmure qu’elle aurait déjà signé avec le bourgmestre.

Seulement, il ne faut pas enterrer trop vite le partenaire PS. Pendant les six dernières années, l’ambiance entre Armand De Decker et l’échevine PS Françoise Dupuis fut plus que tendue. " J’avais pris Françoise Dupuis et créé un échevinat du logement juste pour elle, explique le bourgmestre. Je pensais qu’elle allait faire beaucoup pour la rénovation urbaine et pour ramener des subsides régionaux. Cela n’a pas été le cas et elle m’a beaucoup déçu."

Anciennement secrétaire d’Etat au Logement et présidente du parlement bruxellois, Françoise Dupuis réfute ces arguments. " S’il dit cela, c’est certainement parce qu’il n’est jamais sur le terrain et qu’il ne connaît pas les dossiers. S’il les étudiait, il verrait que nous avons mis l’accent sur la construction de logements, que sans moi il n’aurait pas eu de subsides pour le moulin du Nekkersgat… Je trouve que notre bilan est plus qu’honorable. Je voudrais poursuivre notre action."

Françoise Dupuis pousse la liste après des luttes internes au PS. Claudine Verstraeten, comme cheffe de file, rend le PS plus fréquentable aux yeux du MR. Quant à Ecolo, 2e force politique de la commune, ils se disent prêts à monter dans la majorité à condition que le projet politique soit acceptable. Uccle ronronne, conclut Thibaud Wyngaard, tête de liste Ecolo. Une alternance au sein de la majorité sortante serait une bonne chose notamment pour des dossiers comme la mobilité, la participation citoyenne et la gestion de la dette communale qui ne fait que croître." 

Parole de citoyen
" Préserver le plateau Avijl" Le plateau Avijl est une des dernières réserves foncières. Pendant cette législature, un PPAS (plan particulier d’aménagement du sol) a été élaboré mais est bloqué par les habitants. " Nous avons introduit un recours au Conseil d’Etat, explique Stéphane Davidts, président du comité de quartier. Pour nous, il est essentiel de préserver cet espace naturel. Il serait mieux de réhabiliter les logements vides plutôt que de construire sur un terrain vert." 
 

© Le Soir
Le plateau Avijl, une des dernières réserves foncières défendue par les habitants © Roger Milutin

Les enjeux
Améliorer la mobilité Plusieurs dossiers ont plombé la législature dont le rond-point Churchill. La Stib n’a pas fait les aménagements demandés. Uccle est également très embouteillée : absence de métro, entrée de ville, travaux… Tous les partis, à l’exception d’Ecolo qui préfère le tram, souhaitent la construction d’un métro. Tous réclament également la création d’une halte RER au niveau du Lycée Français. " Uccle subit les conséquences des erreurs des anciens dirigeants, commente Céline Fremault (CDH). Le métro est indispensable mais son tracé doit être réfléchi. Pourquoi ne pas créer une boucle passant par le square des Héros, l’ULB et Delta ? Cela créerait une ouverture." Évidemment, tous promettent aussi le maintien de la circulation dans le Bois de la Cambre.

Endiguer la pauvreté Uccle n’est pas qu’une commune riche. Elle abrite 6 % des personnes en difficulté de la Région. Le besoin d’outils sociaux et de logements moyens est important. Le FDF propose aussi de diminuer l’IPP pour attirer des jeunes ménages.
Mettre fin aux inondations En août 2011, Uccle était sous eau. Plusieurs bassins d’orage seront construits. Celui de la place Saint-Job est bien terminé mais cela suffira-t-il ? " Nous devons doubler le montant des primes pour les particuliers afin qu’ils installent des citernes ou des pompes individuelles", propose Ecolo. Un mécanisme soutenu par le FDF et le CDH. Un réseau d’égouttage doit aussi être aménagé au sud ce qui engendrera de lourds travaux. 

Le maître
Armand De Decker (MR) Bourgmestre depuis 2006, Armand De Decker sera très certainement bourgmestre après le 14 octobre. Sa liste est renforcée par la présence du vice-Premier Didier Reynders. Lui espère reconduire sa majorité absolue mais sans le FDF, cela risque d’être compliqué. Ce mandat pourrait par contre être son dernier puisqu’en 2018, il aura 70 ans et Reynders prendrait bien la place. 

L’ambitieuse
Céline Fremault (CDH) En ne reprenant pas sur sa liste le trublion Stéphane de Lobkowicz, Céline Fremault devient un partenaire acceptable pour Armand De Decker. Et elle a très envie de monter dans la majorité. Pour beaucoup, il existerait même un accord entre les deux partis mais elle ne l’avoue pas. En tout cas, elle mène une campagne active qui plaît aux mères de famille uccloises. 

La battante
Claudine Verstraeten (PS) L’échevine de l’Action sociale a déjà réussi à battre Françoise Dupuis (PS) pour devenir tête de liste des socialistes. Les militants ont tranché. Grâce à elle, le PS reste un partenaire de majorité crédible pour Armand De Decker qui pourrait exiger que Françoise Dupuis ne soit plus échevine. Claudine Verstraeten devrait alors choisir entre un membre de son parti et la majorité. 

La populaire
Joëlle Maison (FDF) En 2006, elle faisait le 4e score de la liste MR. Aujourd’hui, elle emmène celle du FDF. Après six années passées comme échevine de l’Enseignement, elle est extrêmement populaire auprès de la population. Avec une campagne active sur le terrain, elle pourrait faire du FDF le deuxième parti de la commune et être le seul partenaire d’Armand De Decker. 
 

  SOURCE : LE SOIR   LHUILLIER VANESSA - 24.09.2012

De Decker : “La belle au bois dormant”
Pas (ou peu) de subsides, sécurité accrue ou mobilité controversée balisent un cru 2006-2012 de “stabilité politique”

UCCLE La “stabilité”. Politique s’entend (financière aussi). Telle s’érige la grande “fierté” d’un Armand De Decker (MR) qui -logique- conduit son Uccle à un train de sénateur. “J’ai joué un rôle dans cet apaisement après les procédures contre tout le monde de de Lobkowicz…”, se réjouit le Premier, à l’heure de synthétiser son mandat de maïeur, de plein exercice depuis juillet 2007.

Finances
“Lorsque j’ai prêté serment Charles Picqué (PS) m’avait prédit que nous serions sous tutelle dans les deux ou trois ans”, s’amuse-t-il. “Nous ne le sommes pas. Mieux : Uccle est à l’équilibre avant tout subside. Exceptionnel !” Et ses détracteurs, Céline Frémault (CDH) ou Thibaud Wyngaard (Ecolo) en tête pour qui ne passe pas la pilule d’une dette publique ayant “doublé en six ans”, le ministre d’État rétorque que des “réserves” (stopper la participation communale à Brutélé, par exemple) l’effaceraient rapido si besoin était.

Sécurité
Le second chapitre des résultats 2006-2012 de l’indéboulonnable majorité MR (avec PS-FDF) a offert moult satisfactions : “les vols de et dans les voitures ont baissé de 20 % ; les cambriolages, de 9 %.” Et les attaques à main armée ? Une “chute vertigineuse”. À qui les lauriers ? À Armand De Decker qui a accru le nombre de patrouilles et créé l’unité Flagrants délits. Bien que n’évoquant pas directement cette thématique, Ecolo stopperait toutefois les caméras ; et renforcerait la proximité.

Mobilité
S’il est une matière à propos de laquelle les avis divergent… c’est celle-ci. “Une vraie réflexion à mener !”, selon un Thibaud Wyngaard déçu des faibles avancées du plan communal de mobilité adopté en 2006. “Ce PCM, c’est une mort clinique !”, renchérit Céline Frémault. “Pour le stationnement, il faut une politique volontariste ; les zones 30 sont inégales ; les itinéraires cyclables n’ont pas avancé, etc.”, flingue-t-elle. Réponse du berger : les combats -gagnés ou en passe de l’être- d’ADD contre la rupture de charge de la Stib (Churchill) ou “l’électoralisme” de Ceux (fermeture bois de la Cambre).

et encore…
Son bilan, l’homme d’État l’a détaillé dans ces 20 pages d’Uccle sans relâche que les 80.000 âmes du Sud de Bruxelles ont reçues. Une appréciation très positive, battue en brèche par l’opposition. Céline Frémault : “Les espaces verts ? La gabegie. St-Job est inondé tous les six mois et on projette 200 logements au plateau Avijl. Les subsides ? C’est un peu la belle au bois dormant…” 

  SOURCE : DH   GUY BERNARD - 25.06.2012
Le centre-ville lustré au karcher

Quantité de panneaux d’interdiction de stationner avaient envahi Uccle-Centre, fin de semaine passée. C’est qu’en accord parfait avec l’ABP, la commune a récuré les trottoirs, dimanche après-midi.

"Il y a quand même pas mal de bagnoles !", s’inquiéta un instant Boris Dilliès (MR), peu avant 13 h. L’échevin de la Propreté avait, c’est vrai, convié une équipe de 12 balayeurs et monopolisé deux camions -dont cureuse, pour les avaloirs pour sa première big opération du genre. "Un symbole, le centre ! Mais ce n’est pas un endroit plus sale qu’un autre. La Bascule et Vanderkindere suivront ". "Le message est très positif !", approuva Sharif Hamad. Membre du comité Ahmadyya (du nom de la communauté qui posera ses valises au 1202 chaussée d’Alsemberg), celui-ci guidait quelque 20 à 25 bénévoles. À ceux-là de donner un sérieux coup de brosse place Vander Elst, rue Danse, etc.

Dès potron minet, des balayeurs de l’Agence Bruxelles-Propreté s’étaient échinés à rendre à la régionale chaussée d’Alsemberg un lustre trop facilement émietté. Les axes Doyenné/Postillon ou la place Homère Goossens tombèrent eux dans le giron communal. Pas de panique ! Clôturé à 13 h, justement, le marché ne souffrit pas de ce karcher qui polissa les trottoirs, pairs ou impairs - "Dimanche, on fera pareil dans l’autre sens !", prévient le boss des ouvriers d’Uccle.

De son côté, le mandataire rêvait d’une "contribution" des habitants. Comme des commerçants de ce Uccle-Centre qui, dixit encore le Wolvendael de mars, "a le commerce dans son ADN". "Je mentirais en prétendant la participation citoyenne colossale", admit Boris Dilliès, au terme de l’après-midi. Même si certains "ont balayé devant leur porte " D’ailleurs, la mission conjuguée avec l’ABP ("Si son patron avait dit non...", soupire-t-il devant cet "exemple par l’absurde" des soucis avec la Région) donna satisfaction.

Coquetterie du calendrier : en un laps de temps similaire, Protection et avenir d’Avijl avait procédé à l’entretien des 9 ha de son plateau. Avec succès aussi.

  SOURCE : LA LIBRE   GUY BERNARD - 20.03.2012

Uccle : quel ménage à trois ?
Le MR devrait garder la main dans le jeu des alliances. Révolution au PS et interrogation au CDH quant au candidat "Lobko".

Notre petit tour des communes bruxelloises s’arrête aujourd’hui à Uccle. Pour une photo de famille politique.
Pour le MR, Armand De Decker, ministre d’Etat, ancien président du Sénat, est bien installé dans son fauteuil de bourgmestre. La sociologie uccloise assure aux libéraux une position dominante, malgré le schisme MR-FDF qui ne devrait pas trop souffrir du départ (toujours incertain ?) de Jacques Brotchi. Car la liste des bleus vient de recevoir un soutien de poids en la personne de Didier Reynders. 

L’actuel ministre des Affaires étrangères et ancien président du MR s’étant détaché de ses racines liégeoises pour renforcer son parti à Bruxelles. Il poussera la liste du bourgmestre pour s’implanter dans la perspective des législatives de 2014. Reynders arrive en terres accueillantes. Uccle est la commune de son frère, de Carine Gol, la veuve de son mentor.

Et celle d’Armand De Decker, un de ses appuis les plus fidèles dans la lutte intestine contre le clan Michel. Ce dernier, toutefois, fut soutenu à Uccle par l’échevin Boris Dilliès. Notons aussi la présence sur la liste de Valentine Delwart, ex-porte-parole de Charles Michel et secrétaire générale du MR ! Les rancœurs semblent rangées aux vestiaires, mais l’appareil de parti n’aura sans doute que peu de prise sur ce qui se passera à Uccle en octobre. Le MR, suite au divorce, ne peut plus espérer une majorité absolue (21 sièges) et aura besoin de partenaire(s). A priori, les libéraux auront à cœur de poursuivre le travail avec le FDF, allié traditionnel. Cette association naturelle éloignerait toute perspective de coalition FDF-PS-CDH-Ecolo qui semble toutefois très peu probable à ce stade. Chacun de ces partis peut, certes, espérer entre 4 et 7 sièges, voire plus, mais cette majorité serait trop courte et associerait un trop grand nombre de partis;

Le FDF est donc confiant. Emmené par l’échevine Joëlle Maison et par le député Emmanuel De Bock (un ex-collaborateur de Reynders), il partira seul aux élections, malgré certaines volontés locales de figurer sur la liste du bourgmestre. Les amarantes ont pour objectif de devenir le deuxième parti à Uccle et de construire une majorité forte avec les libéraux. A deux, ils pourraient choisir un autre parti pour renforcer une majorité. Mais dans un tel schéma, personne n’en doute à Uccle, c’est Armand De Decker qui tirera les ficelles. A quelques exclusives très ciblées près, il a l’embarras du choix. Il peut, par exemple, reconduire son alliance avec le PS.

Au PS justement, c’est la révolution. Françoise Dupuis, échevine du logement, de la rénovation urbaine, etc., mais aussi présidente du Parlement bruxellois, s’est vu administrer une claque retentissante en février. Ce n’est pas elle, mais celle qui l’avait remplacée au collège pendant ses années de ministère, et travailla longtemps dans son cabinet, qui sera tête de liste. Claudine Verstraeten a largement remporté le scrutin en section locale. Un épisode durement vécu par Françoise Dupuis qui entretient désormais le doute sur sa présence ou non sur la liste. L’amertume est palpable et ce "putsch" est attribué à une manœuvre déloyale orchestrée grâce à un soutien artificiel de l’amicale des pensionnés socialistes, venus en nombre voter pour son opposante. Reste que le résultat du vote n’est pas contestable et fait sourire jusque dans les arcanes du PS bruxellois. Pour cause, la personnalité de Françoise Dupuis (hautaine, méprisante, froide, selon beaucoup) exaspère tous azimuts. Armand De Decker n’a d’ailleurs plus du tout envie de travailler avec Françoise Dupuis. Son écartement devrait donc faciliter les relations PS-MR. C’est sans doute le calcul de Claudine Verstraeten.

Et le CDH ? Il est dans l’opposition depuis plusieurs législatures et n’en peut plus. C’est la chef de groupe au parlement bruxellois Céline Fremault qui mènera la liste avec une obsession : la pouvoir. Question de crédibilité pour cette proche de Benoît Lutgen à l’avenir prometteur. En cas d’accord, le CDH ne devrait donc pas être trop gourmand, mais une association avec le MR reste impossible tant que Stéphane de Lobkowicz est dans ses rangs. Ce seul nom met la bave aux lèvres (de rage) des libéraux qui n’ont toujours pas digéré les événements du début des années 2000. "Lobko" fait des voix mais celles-ci ne servent à rien au CDH si celui-ci doit rester dans l’opposition, analyse-t-on. Céline Fremault ne débarquera toutefois pas son encombrant candidat sans un accord préalable avec le MR, ajoute un local. Et chez les bleus, on attend un "signal". Il devrait y avoir du mouvement au CDH !

Terminons par Ecolo qui, emmené par Thibaud Wijngaard, espère reconquérir ces 18 % d’électorat enregistrés en 2000, puis perdus en 2006, et redevenir la deuxième force politique de la commune. C’est plus qu’envisageable pour les verts, mis dans l’oppositon en 2006. Leur échevine de l’époque avait dû gérer des dossiers urbanistiques délicats (Engeland et Avijl) qui avaient provoqué des mouvements citoyens hostiles aux autorités. Aujourd’hui, leur travail d’opposition est ouvertement salué par la majorité. C’est qu’Armand De Decker entretient subtilement des rapports courtois avec tout le monde.

  SOURCE : LA LIBRE   GATHIEU COLLEYN - 12.03.2012

Copyright © 2003-2017  Avijl.org - All Rights Reserved  |  mentions légales  |  CONTACT