Plateau Avijl

 
 

PRESSE 2009

2011... 2010... 2009... 2008... 2007... 2006... 2005... 2004... 2003...
 
Sang neuf, brique à gogo et amabilités
Uccle Région

Depuis le retour gagnant d’Armand De Decker (MR) fin 2006, la vie politique uccloise a retrouvé son calme d’antan. Un peu trop ? "Il ne se passe rien", ironise Stéphane de Lobkowicz, le diablotin de l’opposition estampillée "Union communale".  "Le collège fait de la gestion quotidienne, mais tout cela manque de panache", enchaîne Ecolo. Ce n’est, évidemment, pas l’avis du maître des lieux. Qui a ressorti la déclaration de politique générale de sa majorité, afin de se féliciter de tout ce qui a déjà été accompli.

Logement. C’est un des grands défis de la commune, confrontée à un manque de logements, une mauvaise desserte de transports en commun, une fâcheuse tendance aux inondations et une avalanche de projets immobiliers. De projet, la commune a le sien, sur le plateau Avijl. Qu’elle a accepté de revoir, en y apportant des "améliorations considérables", souligne le maïeur. Sans pour autant satisfaire les riverains, avec qui le contact est exécrable, déplore Ecolo. 

Quoi qu’il en soit, pour l’heure, la tutelle bloque le plan communal. "Je ne comprends pas la Région", fulmine Armand De Decker. D’autant moins que cette dernière entend construire sur la plaine du Bourdon. "Un avant-projet inacceptable ! Beaucoup trop massif ! Une invasion brutale !" Le collège a marqué son opposition – donc Françoise Dupuis aussi. Cocasse : le plan logement de la Région, c’est "son bébé", à l’ancienne secrétaire d’État PS.

 
  SOURCE : LE SOIR   BENOÎT MATHIEU - 19.11.2009
Avijl aura le coeur à la fête...

Des années qu'Avenir et protection d'Avijl se bat en vue du classement des 8,5 ha de la Montagne de Saint-Job ! Et cinq ans que des festivités servent de prétexte à publicité autour de l'écrin. La 6e édition, ce dimanche, sera rythmée par des visites en compagnie d'un M. Nature. Bien évidemment, l'association ne s'arrêtera pas là. Petiots et grands auront de quoi passer du bon temps (ateliers de contes, promenades à cheval, etc.) avant et après s'être gorgés de produits du terroir... et informés du travail des associations.

 
  SOURCE : dh   GUY BERNARD - 25.09.2009
Préserver définitivement Avijl
Des associations ont introduit un dossier visant à classer le plateau de la vallée de Saint-Job.
Objectif : lui épargner le projet de logements agréé en concertation.

Les inquiétudes des riverains de Saint-Job s'apaiseront-elles avec le classement du plateau Avijl ? "Bruxelles Nature" et "Protection et avenir d'Avijl" ont initié des démarches en ce sens, au mitan du mois de mai. Pas plus l'une que l'autre, ces associations ne s'opposent aux logements prévus sur le pourtour du plateau. Mais elles considèrent qu'Uccle a mangé sa parole, lors de la concertation du 18 mars dernier.

Pourquoi ? Parce qu'elles estiment n'avoir pas été entendues, elles qui suggéraient des alternatives visant à préserver la quasi totalité des potagers et zones à haute valeur biologique. Rappelons que la commune (lancée dans une modification du PPAS depuis huit ans) a toléré l'édification prochaine de 190 toits (dont 50% seront dévolus à du social) et le creusement d'un tunnel côté rue Benaets. Si d'aventure, le gouvernement venait à classer cet écrin, ledit projet de logements volerait en éclat. On n'en est pas là.

 
  SOURCE : ACTU 24   21.05.2009
Et si l'on préservait Avijl ?
Des associations demandent au politique de classer le plateau

Les inquiétudes rongeant les riverains de Saint-Job s'apaiseront-elles avec le classement de leur plateau Avijl ? 
Bruxelles Nature a procédé aux démarches en ce sens. "Sans s'opposer à la construction de logements sur le pourtour, les associations avaient proposé des alternatives visant à préserver presque tous les potagers et les zones à haute valeur biologique", soulignent de concert Marc De Brouwer (Bruxelles Nature) et Stéphane Davidts (Protection et avenir d'Avijl). Or, affirment-ils, Uccle n'a pas respecté sa parole, le 18 mars 2009, lors de la concertation : "Aux dernières communales, les autorités s'étaient engagées à écouter nos revendications..." 

Où en est-on pour ce qui concerne le devenir de ces 8,5 ha côtoyant le parc Fond'Roy et le Kauwberg - deux zones Natura 2000 ? Il y a huit ans déjà, la commune s'est lancée de la modification du PPAS 28 bis. La "catastrophe sociale et écologique" des plans initiaux a été revue à la lueur de la pression riveraine. 

Aux abords de la biodiversité admise par de réputés spécialistes, Uccle a toléré des toits (190 dont 50% de sociaux), un tunnel dans l'impasse de la rue Jean Benaets. Et refuse d'assainir l'ex-décharge communale ("Ça coûterait 2.500.000 € et n'a jamais été fait en Europe", expliquait Marc Cools, l'échevin des Travaux). 
Cette non dépollution, les ASBL la combattent vigoureusement, à peu de tours d'horloge (le 22 mai) de la Journée mondiale de la biodiversité. 

Le classement demeure une décision de politiques, qu'orientent les Monuments et sites. Si le gouvernement accréditait la thèse citoyenne, les toits promis valseraient en éclat. Suspense... 

 
  SOURCE : dh   GUY BERNARD - 14.05.2009
Ils veulent classer le plateau Avijl

Bruxelles Nature a introduit la demande de classement des 8,5 hectares du plateau Avijl, dans la vallée de Saint-Job à côté du Parc Fond' Roy et du Kauwberg. Les es associations de défense de la nature avaient de mandé que soient préservés presque tous les potagers et les zones à haute valeur biologique. Mais la localisation des logements prévus, la percée d'un tunnel dans l'impasse de la rue Jean Benaets, le refus d'assainir l'ancienne décharge communale sont jugés désastreux. C'est pourquoi Bruxelles Nature a décidé de demander le classement du plateau afin d'obtenir la sauvegarde de sa biodiversité.

 
  SOURCE : LA CAPITALE   GUY BERNARD - 10.03.2009
Oui, mais... au PPAS d'Avijl

Uccle  Ils étaient (presque) tous là, de l'association Protection et avenir d'Avijl, jeudi passé. Donnant de la voix par instants, brandissant de limpides calicots rythmés par un Non, ils assisteraient, impuissants, à l'approbation, majorité contre opposition, du PPAS 28ter dudit plateau. Une approbation qui ne tomba qu'au terme de plus de deux heures d'argumentations diverses.

 
  SOURCE : dh   GUY BERNARD - 10.03.2009

Des maisons dans la prairie
Uccle. La commune touche au but : elle aura bientôt son PPAS pour le plateau Avijl. 
La concertation a dit oui.

© Le Soir
Succès de foule pour la concertation, ce mercredi matin. Autant de riverains qui seront déçus : l'avis rendu est favorable au nouveau PPAS du désormais célèbre plateau Avijl

 
Pas de doute. Ce mercredi matin, c'est une concertation des grands jours. 
L'invitation donnait déjà un avant-goût : rendez-vous rue Rouge, la traditionnelle salle du conseil ne pouvant avaler trop de monde. Uccle a vu juste. Son centre culturel est plus qu'honorablement rempli. Tout qui entend rentrer se voit affublé d'un collier cocasse : une ficelle et une bonne carotte joufflue qui pendouille.

Pareille mobilisation, cela fait depuis 2006 et le plateau Engeland que l'on n'avait plus vu ça. Normal. Ce dossier est plus ancien et le lieu, encore plus couvé par ses riverains. Avijl, c'est un plateau de 8,5 hectares hors du temps, un entrelacs de prairies, potagers - d'où les carottes - et bois. Il y a bien une vieille décharge, mais elle est recouverte d'une végétation spontanée, bizarrement intéressante pour la biodiversité, notent les études. C'est aussi le plus grand terrain public à bâtir, dans cette Uccle qui manque de logements (accessibles).

"Tout est joué d'avance"
Marc Cools, échevin MR de l'urbanisme, recadre. Est discuté ici un projet de plan particulier d'affectation du sol (PPAS) autorisant 200 logements. "Tous ne sortiront pas de terre dans les 6 mois : nous n'en avons pas les moyens financiers. Cette législature en bâtira 40 ou 50, et ainsi de suite." Et de rappeler que le PPAS actuellement en vigueur date des années 70. Pour faire bref, il est imbuvable. Voiries dans tous les sens, un massacre.

En 2006, Ecolo, alors en charge du dossier, avait tenté de faire adopter un PPAS plus respectueux des lieux. Levée de boucliers. Et remise sur la table d'ouvrage. La dernière mouture supprime toute voirie intérieure, consacre 77% du plateau en espace vert et préserve 20.000 m2 de potagers. "Déjà mieux, avaient réagi à chaud les associations en septembre 2008. Mais perfectible."

Depuis, les riverains ont repris du poil de la bête. Parfois un peu trop, comme cette dame qui menace de balancer sa carotte sur Marc Cools, "à défaut de savate". Leurs reproches, ils les assènent depuis des années. "Au début, on nous traitait d'ayatollahs environnementaux", se souvient le président de l'association "Protection et Avenir d'Avijl". Ils ont finalement été écoutés. 

"Mais pas entendus." Alors, pour certains, les jeux sont faits depuis le début. "Un vieux tract électoral d'Armand De Decker indique que des logements seront construits. Tout est joué d'avance", fulmine cet homme. Il valse entre rage et ironie : "La photo est bien choisie : ce n'est pas Avijl mais le Kauwberg."

De manière générale, les riverains n'avalent pas que la décharge ne soit pas assainie, afin d'accueillir des constructions. Ils craignent de voir saccager ce quartier "pittoresque et exceptionnel". Et s'insurgent sur la trop grande emprise des zones constructibles, rognant sur le vert.

Tous seront déçus. À l'unanimité, la commission a rendu un avis favorable au PPAS (www.uccle.be). "Moyennant des aménagements", précise Marc Cools. Ici, un étage en moins. Là, un peu plus de potagers. "La protection du chemin Avijl est renforcée." Prochaine étape pour Uccle : élaborer un plan de gestion du site. Aussi charmant qu'il soit, le plateau a été par trop laissé à l'abandon.

 
  SOURCE : LE SOIR   BENOÎT MATHIEU - 19.02.2009

Avijl : on peut y construire des logements
Les riverains ne voulaient pas de ce projet.

C'est un avis favorable mais sous certaines conditions, qui a été rendu hier par la commune d'Uccle pour le projet du plateau Avijl. Le PPAS (plan particulier d'aménagement du sol) qui en découle permettra donc, dans un avenir plus ou moins proche, d'y construire du logement. Figurant dans le nouveau PPAS : un projet de 200 logements, dont une moitié sociaux, à bâtir sur un plateau riche en prairie, potagers et espèces animales et végétales.

Un terrain de huit hectares est à 100% constructible. Et ce malgré la présence d'une ancienne décharge ménagère que les riverains auraient aimé voir assainie. La commission en a décidé autrement, comme l'explique l'échevin de l'Urbanisme, Marc Cools : "Cela coûterait plusieurs millions d'euros pour obtenir un sol de très mauvaise qualité".

Les riverains étaient près de 150 hier matin, lors de la commission de concertation Avijl. Pour cet important projet urbanistique, il a fallu rassembler les riverains dans un espace plus grand que la maison communale, soit au Centre culturel d'Uccle. "Cela s'est très bien passé", explique André Dubois, riverain de la Vieille rue du Moulin et président de l'Association de Protection du plateau Avijl. "Chaque intervenant a pu s'exprimer longuement. Nos revendications en tant que riverains n'ont pas changé. Il faut préserver la biodiversité sur le plateau et surtout les potagers. Une cinquantaine d'entre eux est amenée à disparaître. Le tissu social va vraiment en prendre un coup".

Pas de plaine de jeux
Toutefois, il a été décidé de supprimer le projet d'aménagement d'une pleine de jeux pour garder certains potagers.
D'autres modifications ont été apportées au projet suite à cette réunion. Notamment, la décision de supprimer un étage d'un immeuble situé près de la rue Jean Benaets afin d'améliorer les perspectives paysagères. Les autres adaptations seront consultables dès lundi 23 février sur le site de la commune : www.uccle.be

  SOURCE : LA CAPITALE   M.BA. - 19.02.2009

Plateau Avijl : les quatre questions clés

L'aménagement du plateau Avijl fait à nouveau débat. Ce plateau couvert d'arbres, de potagers et de prairies est destiné à la construction. Ce soir, la commune présente son PPAS (plan particulier d'aménagement du sol) à la maison communale à 19h30. Nous avons interrogé les deux parties en jeu : l'échevin de l'Urbanisme Marc Cools (MR) et André Dubois, riverain et membre de l'Association pour le Protection et l'Avenir d'Avijl.

1. Le sentier de la Vieille rue du Moulin.
"Nous voulons supprimer les constructions prévues à cet endroit", explique André Dubois. L'échevin, lui, affirme que des modifications ont déjà été faites pour préserver ce sentier en terre battue. "Mais il hors de question de diminuer les logements".

2. Un bois à haute valeur biologique.
"Derrière l'école communale de Saint Job, se trouve un bois très intéressant d'un point de vue biologique. Il faut tout faire pour le maintenir", explique André Dubois. Pour l'échevin, "un effort a été fait, suite à la demande de cette même association. Une grande partie de cette zone boisée sera donc préservée".

3. Diminuer le nombre de logements.
Un troisième enjeu, selon l'association de protection, consistera à tenter de réduire le nombre de logements au niveau de la Montagne de Saint Job. À cela, l'échevin répond : "C'est exagéré. Il faut bien comprendre que ces 8 hectares de terrain sont à 100 % légalement constructibles. Nous préservons 77 % d'espaces verts. C'est déjà formidable".

4. Assainir la décharge du plateau Avijl.
L'association revient à l'attaque avec la dépollution de la décharge située sur le plateau Avijl. 
"Effectivement c'est un débat récurrent"
, explique l'échevin de l'Urbanisme. "Notre position est très claire! C'est impossible et beaucoup trop coûteux. Un rapport d'incidence environnementale a établi que cette ancienne décharge ménagère n'était absolument pas dangereuse".

  SOURCE : LA CAPITALE   N. C. - 07.01.2009

Copyright © 2003-2017  Avijl.org - All Rights Reserved  |  mentions légales  |  CONTACT