Plateau Avijl

 
 

PRESSE 2003 >> 1999

2011... 2010... 2009... 2008... 2007... 2006... 2005... 2004... 2003...
 
Uccle Projet immobilier Engeland-Dolez - Marchandage politique ?

Nous craignons d’être face à un dossier totalement politisé ! Le comité de quartier Plateau Engeland-Verrewinkel est manifestement mécontent de la tournure que prennent les événements suite à la commission de concertation qui s’est tenue le 22 octobre à propos du projet de construction de 90 logements sur le terrain au carrefour entre l’avenue Engeland et l’avenue Dolez. Pour rappel ("Le Soir" des 29 et 30 octobre), la commission a reporté son avis sur ce projet, demandant un complément d’informations. Le comité de quartier se dit d’abord outré d’apprendre que ce complément d’informations se fera à huis clos, alors que lui-même était très désireux d’en prendre connaissance. 

Plus grave : le comité de quartier craint fort que ce dossier soit l’objet de véritables tractations politiciennes. Il y a malheureusement fort à parier, explicite-t-il, que les libéraux marchandent l’acceptation d’un projet de construction de logements sociaux au Plateau Avijl en échange de la bienveillance de la part de l’échevinat en ce qui concerne les projets au Plateau Engeland. En clair, les élus libéraux n’accepteraient la construction de logements sociaux sur le plateau Avijl, un projet lancé par les écologistes, que si l’échevine de l’Urbanisme écolo, Chantal de Laveleye, délivre les permis adéquats pour la réalisation des projets immobiliers au Plateau Engeland. C’est tout à fait absurde, réagit Chantal de Laveleye. Cela ne tient pas la route. 

Le dossier Engeland a été analysé sans la moindre pression politique. C’est vrai qu’il y a un projet de construction de logements sociaux sur le Plateau Avijl. Mais si je l’ai personnellement proposé, il a ensuite été adopté par le collège arc-en-ciel dans son ensemble. Nous sommes unanimes à porter ce projet. La décision définitive de la commission de concertation sur le projet Engeland-Dolez devrait tomber dans une bonne semaine. Nous tenons à étudier ce projet de la manière la plus approfondie possible, insiste l’échevine.

 
  SOURCE : BRAVO UCCLE   N° 434 - 10.2003
Tribune du groupe de l’opposition Libérale
Pour la protection définitive du Plateau Avijl

Nous disions déjà au moment de la campagne électorale d'octobre 2000 : "Il est temps de prendre une décision radicale à propos de cet espace vert unique en son genre. Nous proposons d'en assurer la protection définitive et de le soustraire à toute tentative d'urbanisation. Ces terrains ont été acquis, il y a longtemps, par la commune, en vue d'y construire des logements sociaux. Mais en trente ans ils sont devenus un lieu de promenade très apprécié des Ucclois et de leurs enfants. Des potagers y ont été aménagés et l'ensemble possède un charme incomparable. En le préservant nous perpétuerons la tradition de commune verte que nous ont léguée nos prédécesseurs".

Comme pour le Monstre du Loch Ness, la majorité constituée par une partie du PRL, Ecolo, le PS et le FDF a décidé de ressortir une nouvelle fois ce dossier pour tenter de bétonner ce site écologique incomparable à la diversité biologique unique à Bruxelles.

Des habitants s'organisent en vue de lancer une vaste pétition citoyenne demandant le classement de la totalité de ce site. C'est sans réserve que nous appuierons cette démarche visionnaire.

Stéphane de Lobkowicz, André Deridder, Chantal Cattoir, Isabelle Rigaux, Georges Adler, Michel Cohen, Luc Beyer de Ryke, Guy Messiaen, Pierre Broquet, Eliane Vandenborre, Christophe Berthelot, Marie-Jeanne De Moerloose, Jean-Pierre Wynants, Jorge Zaldua

 
  SOURCE : WOLVENDAEL   TRIBUNE OUVERTE A L'OPPOSITION - 10.2003
Une nouvelle vague d'urbanisation dans notre commune
L'avenir du plateau Avijl

On le sait : la commune d'Uccle envisage de construire 200 logements de type social et moyen sur le plateau Avijl. Ce projet a fait réagir de nombreux habitants des environs qui ont constitué une association de fait "pour la protection et l'avenir du plateau Avijl".

Les responsables de ce groupement rappellent que le plateau constitue une véritable forteresse verte, naturellement protégée contre les pollutions urbaines de l'air, de la terre, du bruit, des inondations et du trafic automobile. 
Le PRAS II a classé ce site en zone d'habitation à prédominance résidentielle, des terrains non bâtis qu'il convient de ne pas figer, de manière à garantir une souplesse dans leur aménagement et leur gestion. 
Les défenseurs du plateau souhaitent donc qu'on développe un projet qui aboutisse à sa mise en valeur en accord avec la situation actuelle, car le social dépasse le simple logement. En d'autres termes, ils n'y accepteraient que des activités telles que la culture potagère, le pâturage et les loisirs.

 
  SOURCE : BRAVO UCCLE   N° 434 - 10.2003
Uccle Urbanisation contestée
Le charme bucolique du plateau Avijl

Le monde à l'envers ? Le conseil communal ucclois de la rentrée avait un côté surréaliste. On y a vu l'échevine écolo Chantal de Laveleye défendre l'urbanisation du plateau d'Avijl tandis que le groupe de Lobkowicz (libéral dissident) réclamait, lui, le maintien intégral de l'espace vert. A l'instar de celles du Kauwberg, les prairies du plateau Avijl (sur la "montagne de Saint-Job") ont énormément de charme. Les riverains y semblent manifestement très attachés. Ils contestent massivement le projet communal d'ériger là un complexe de logements sociaux et moyens.

Le collège ucclois semble pourtant bien décidé à urbaniser le site. Ses composantes politiques (libéraux, Ecolos, PS) paraissent unies derrière l'échevine de l'urbanisme. En juin dernier, elle a fait voter la révision du PPAS de l'endroit. Et elle a chargé le bureau BOA de lui soumettre un projet.

Le débat a été comme d'habitude grevé par les querelles intestines entre le clan de Lobkowicz et la branche libérale du collège. Finalement, le groupe de Lobkowicz a voté contre le projet du collège et le PSC s'est abstenu. On voit cependant mal, à moins d'une mobilisation sans précédent des habitants, comment on pourrait éviter l'urbanisation du plateau Avijl. Légalement c'est un terrain à bâtir (il est inscrit comme tel au Pras) et la décision du collège ucclois semble juridiquement inattaquable.

 
  SOURCE : LE SOIR   FRANÇOIS ROBERT  - 17.09.2003
2.000 signatures pour sauver le plateau de l'Avijl
Une asbl invite Ucclois et Bruxellois à venir découvrir le site les 20 et 21 septembre prochains

UCCLE La pétition a déjà recueilli 2.000 signatures. Toutes ces personnes ont marqué leur opposition à la volonté de la commune d'Uccle de construire 200 logements de type social et moyen sur le plateau de l'Avijl, à Uccle. 
Pour l'asbl Protection et l'avenir du plateau Avijl, cet écrin de verdure de 8 hectares constitue l'un des derniers espaces verts bruxellois. "Cette forteresse verte est protégée des pollutions urbaines de l'air, de la terre, du bruit, des inondations et du trafic automobile de part sa situation géographique et ses flancs abrupts entre la butte de la vieille rue du Moulin, le mur de la rue Van der Noot et le chemin escarpé de J. Benaets", explique André Dubois, de l'asbl. 

En sus de sa valeur patrimoniale, le plateau de l'Avijl présente également des vertus sociales : de nombreuses personnes louent des emplacements à la commune pour leurs potagers. "Sans oublier l'aspect historique du site, ajoute André Dubois. Il y avait un château du 18e siècle. Le mur de l'enceinte est d'ailleurs toujours là. Il y avait aussi un moulin et une guinguette, au 19 e siècle où les gens venaient se détendre." 

Dans le but de prouver à tous la valeur de ce domaine, l'asbl invite Ucclois et Bruxellois à venir découvrir ce plateau le samedi 20 septembre de 14 h à 16 h et le dimanche 21 septembre de 12 h à 16 h via un circuit découverte. 
Du côté de l'échevinat de l'Urbanisme de Chantal de Laveleye, on précise être encore loin du projet immobilier. Et que la commune étudie pour l'instant une proposition de révision du PPAS en vue d'un éventuel réaménagement futur, ni plus ni moins.

 
  SOURCE : dh   M.L. - 11.11.2003
L'Avenir du plateau Avijl

Dans le cadre du projet d’urbanisation du plateau Avijl, Béatrice Fraiteur, conseillère communale CDH, s’est faite l’interprète des habitants du quartier Saint-Job pour poser une série de questions pertinentes à l’Echevine de l’Urbanisme, Chantal de Laveleye : Quel pourcentage du plateau sera maintenu dans l’état actuel ? Qu’entend-on par "logement de type social" ? 

Y aura t-il des verrous législatifs pour protéger définitivement les espaces non bâtis du plateau ? L’Echevine a répondu avec une clarté exemplaire. Oui, 200 logements sont prévus sur le plateau : 100 logements sociaux (et non plus "de type social") et 100 logements moyens. Il s’agit d’un projet d’intérêt public, mais il est trop tôt pour donner des pourcentages et des précisions concrètes, car tout dépend des suggestions du bureau d’urbanisme qui sera désigné durant le mois de juillet. Oui, la commune demeurera propriétaire du plateau et celui-ci gardera des potagers, mais il est impossible aujourd’hui de dire combien.

Chantal de Laveleye s’est également félicitée de la motion rédigée par le comité de quartier de Saint-Job qui estime que "l’urbanisation du plateau Avijl, dans une optique d’aménagement social, est une nécessité pour la population uccloise" et elle a solennellement promis que les habitants seraient associés à toutes décisions futures.

 
  SOURCE : BRAVO UCCLE   26.06.2003
Va-t-on réellement urbaniser le plateau Avijl ?

La commune d'Uccle, propriétaire des huit hectares du plateau Avijl, semble décidée à entamer son urbanisation, au grand dam d'une partie des habitants du quartier de Saint-Job.

Lors d'une réunion passionnée du comité de ce quartier, le 24 mai, de nombreuses voix ont demandé qu'on préserve la nature actuelle de ce merveilleux espace vert ou, du moins, qu'on en surveille de très près l'urbanisation.

La commune veut y construire assez de logements de type social pour attirer une population jeune, ce qui suppose une révision du PPAS (Plan Particulier d'Affectation du Sol) et une étude d'incidence qui sera confiée à un bureau spécialisé. Elle insiste sur le fait qu'elle gardera la maîtrise des logements, c'est à dire qu'aucun promoteur privé ne pourra faire ce qu'il veut de ce plateau.

Pour le comité de quartier, si on ne peut pas empêcher cette urbanisation, il faut en tout cas que la commune reste propriétaire du terrain et qu'on y maintienne des espaces verts. Il faut également que soit clairement définie la notion de "logement de type social" et que divers problèmes pratiques soient réglés en concertation avec les habitants (on pense évidemment aux problèmes de parking qui sont déjà aigus et qui ne pourront que s'amplifier).
Chantal de Laveleye, échevine de l'Urbanisation, a convoqué quelques habitants triés sur le volet pour les mettre au courant du projet en leur précisant que les habitants participeraient démocratiquement à son élaboration.

Quoi qu'il en soit, la construction de ces logements modifiera totalement l'apparence et la vie d'un des quartiers les mieux préservés de notre commune. Et les enfants ne verront plus les ânes dont les savoureux braiments ponctuent les journées et bercent les soirées de toute la zone !

 
  SOURCE : BRAVO UCCLE   06.2003
UCCLE Oui aux logements sociaux, non à la nouvelle voirie 
Sauver le charme bucolique de St-Job
Les "Montagnards" de St-Job mettent des conditions au projet de lotissement sur le plateau Avijl. 
Ils veulent préserver l'âme du quartier.


Il est de ces endroits à Bruxelles où le charme rappelle les villages de province et font tout oublier : le bruit, la foule anonyme et le stress de la vie urbaine. Avec ses ruelles étroites bordées de vignes et ses maisons de pierre, le quartier de Saint-Job, à Uccle, est de ceux-là.

C'est pourquoi le projet minimaliste de logements sociaux sur les prairies du plateau Avijl et surtout les plans d'accès inquiètent les habitants. En 25 ans, propositions et oppositions se sont succédé. Et en juin dernier, ils étaient en nombre dans la salle du conseil communal pour empêcher la percée d'une route à travers la plaine de jeux de la Montagne de Saint-Job. Suite à ce sit-in, les autorités communales postposaient leur décision et promettaient de convier la population à une réunion d'information.

Mercredi soir, à l'invitation de l'échevin de l'urbanisme Marc Cools, ils étaient donc plus de cinquante dans la salle de sports de l'école communale pour faire entendre leurs revendications.
La nécessité de nouveaux logements est certaine , explique Stéphane Davidts, président du comité de quartier. La population de Saint-Job vieillit ; des loyers à prix réduits ramèneraient les jeunes ménages. Mais nous refusons de voir le projet se concrétiser dans le cadre des plans actuels.

Les principales préoccupations des riverains concernent le réaménagement de la Montagne de Saint-Job. Selon eux, les voitures parquées le long des façades ne gênent en rien la circulation et ils refusent de voir pousser des bollards à la place des trottoirs pour empêcher le parking sauvage.

Non également aux pavés : C'est bien joli, mais regardez ce que ça donne sur la place Saint-Job, s'exclame une dame en brandissant sa béquille. Imaginez la Montagne avec ces pierres en hiver !
Mais la principale revendication des riverains concerne la percée à travers un îlot de verdure, en haut de la Montagne, pour accéder au lotissement. Cet endroit est le repère de nombreux enfants , poursuit Stéphane Davidts. Cette percée diviserait l'espace de jeu et déstructurerait le tissu urbain. D'autres entrées, comme l'ancien dépotoir de la Vieille rue du Moulin, sont prévues.

Marc Cools, échevin de l'urbanisme, semble avoir compris le message. A ce stade-ci, il n'est pas pensable qu'on ne construise rien, a-t-il déclaré. Mais il est clair que l'entièreté du PPAS actuel doit être révisé avant toute chose. L'accès au lotissement et les problèmes de voirie vont ainsi être complètement réétudiés.
Nouveau retour à la case départ. Le lotissement ne verra pas le jour avant quelques années.

 
  SOURCE : LE SOIR   ANNE - CÉCILE HUWART - 08.10.1999
Les habitants poussent un "ouf" de soulagement

La plupart des personnes habitant la Montagne de Saint-Job depuis un certain temps craignaient pire... Le projet communal vaut en tout cas mieux, estiment-elles, que le golf qui fut un moment envisagé dans ce quartier apprécié des écolos. Mais il reste nombre de critiques concernant le parking.

Dans le quartier, insiste Anne-Marie Verbessem, le point chaud c'est le parking. Or, la commune s'apprête à construire des maisons pour partie sans garages. Et ce sur des parkings (ou des garages) existants. Certains osent dire, à la commune : allez au parking de Saint-Job. Soit à un quart d'heure de marche d'ici ! Par ailleurs, je crains que les voitures supplémentaires passant tous les jours par la Montagne ne rendent cette rue étroite réellement dangereuse. Cela dit, on ne pourra pas empêcher de construire : j'habite ici depuis 22 ans et l'on en parle depuis au moins 20 ans... Ne me demandez cependant pas de me réjouir à la veille de travaux qui me font peur !

Une autre habitante, Béatrice Bleiberg, paraît à la fois d'accord et moins angoissée :
Cela ne me dérange pas que l'on construise sur un terrain en friche. D'autant qu'il n'y avait pas d'autre projet possible. Si l'on construit des petites maisons, comme c'est indiqué dans le PPA, ça me va. J'en espère même un embellissement du quartier. Mais le problème de parking va encore empirer : il en manque aujourd'hui, et l'on en prévoit une construction insuffisante pour les nouveaux habitants... Là, je crie au secours.

 
  SOURCE : LE SOIR   JANINE CLAEYS - 08.10.1999
UCCLE Le comité de quartier de Saint-Job fait reporter le projet
Le lotissement du plateau Avijl remis à... plus tard

Il suffit de mettre le plateau Avijl à l'ordre du jour de la séance du conseil communal pour voir la salle se remplir et déborder. Las ! Les deux points que l'échevin Cools et le collège demandaient à la majorité de voter ont été remis "sine die".
Ceux qui s'étaient déplacés ne doivent cependant rien regretter : c'est leur opposition (par leur présence et leur courrier) qui est à la base de la remise de la discussion et du vote sur le lotissement et son accès. Une majorité de conseillers a préféré à l'affrontement une nouvelle discussion en septembre.Cela risque d'être long...

Rappelons qu'il avait été décidé, après beaucoup de discussions, de corrections, révisions, que la commune construirait dans un premier temps, sur le plateau Avijl dont elle est propriétaire, une trentaine de logements semi sociaux. Les "Montagnards" de Saint-Job avaient fini par avaliser le projet à quelques conditions, dont le déplacement de la voie d'accès.

C'est de là que vient le problème actuel. Beaucoup de riverains espéraient que l'accès suivrait un tracé face à la Vieille rue du Moulin. Or, le (deuxième) plan de l'échevin Cools prévoyait un accès plus éloigné des maisons de la petite bretelle, mais dans le même axe, et effritant la plaine de jeux. A la commune, on jure que le terrain de basket serait resté intact.

Par ailleurs, la proposition de révision du PPAS, jugée intempestive, est mal ressentie par les gens du quartier. Mais, répond-on à la commune, elle est indispensable si l'on déplace l'accès (selon le désir des habitants)... Ainsi, dès l'introduction de la demande de révision, la Région pourra déroger au PPAS en vigueur pour des travaux d'utilité publique. En deux ou trois mois, le problème de l'accès pourrait être réglé, tandis que la révision de tout le PPAS, destinée à autoriser d'autres constructions dans l'avenir, n'est pas pour demain. Quant aux ragots qui ont couru selon lesquels le dossier Avijl était retiré à l'échevin Cools, ils sont sans fondement.

 
  SOURCE : LE SOIR   JANINE CLAEYS - 29.06.1999
UCCLE La circulation de la Montagne Saint-Job sera revue avant tout lotissement
Les trente-huit logis du Plateau Avijl attendront

Oui, mais... Telle est la réponse donnée par la commission de concertation de l'urbanisme à propos du lotissement du Plateau Avijl proposé par la commune d'Uccle (38 logements dont une moitié de type social). Un "oui" conditionnel qui retardera le projet de deux, trois, ou même quatre ans.
La première condition est simple : la commune, maître d'oeuvre et propriétaire des 8 hectares du Plateau, supprimera la zone de recul prévue dans son plan, pour que la dernière maison du lotissement soit à front de la rue Montagne Saint-Job. Un jour, la rue pourrait être continuée de manière cohérente.

La deuxième condition impose, elle, du temps et de l'imagination, et elle suscitera encore bien des discussions : la commission exige de revoir le système d'accès au lotissement, dans le cadre du réaménagement de la voirie et de l'espace public de la Montagne, en cours d'élaboration. Autrement dit, la commission accepte l'accès prévu par la commune, soit l'antenne de voirie qui existe au sommet de la Montagne. Mais pas via le goulet de 3 m de large existant.

Le service de la voirie, qui planche sur une large réorganisation de la circulation et du parking dans le quartier, devra donc présenter un (bon) projet au conseil communal, qui devra l'accepter, avant que ne se réveille le plan de lotissement.

Dans la pratique, il s'agit de réaménager l'îlot de verdure du lieu et d'y prévoir un passage décent et un parking bien plus large. L'avant-projet existant forcerait à l'abattage de(s) peuplier(s) sans nécessairement condamner le terrain de basket. Par ailleurs, la Montagne deviendrait zone 30 sinon 20. Et les zones de parcage alternées.
Précisons que la commission est constituée à parts égales de représentants régionaux et communaux, mais ces derniers ont dû s'abstenir pour juger ce dossier qu'ils parrainaient.

 
  SOURCE : LE SOIR   JANINE CLAEYS - 19.02.1999
Trente-huit logis modestes au Plateau Avijl
Première étape vers le lotissement modéré du Plateau Avijl, une des dernières propriétés foncières de la commune d'Uccle.

Prudence ! La démarche de la commune d'Uccle quant à l'urbanisation du plateau Avijl déplaira à certains, car l'on n'a jamais vu un ensemble de citoyens d'accord à cent pour cent avec le pouvoir, mais la majorité ne défilera pas à la place communale à ce sujet. L'ancien PPAS 28 bis, datant du 6 septembre 1988, prévoyait la construction de 226 à 312 logements sur le plateau, et la demande de permis de lotir soumise pour le moment à enquête publique - jusqu'au 13 janvier - en prévoit 38 ! Sur les huit hectares du plateau, qui appartiennent à la commune, un peu plus d'un hectare sera en fin de compte loti.

L'échevin de l'urbanisme Marc Cools précise que, sur ces 38 logements, 19 seront de type social et 19 de type moyen. Ils devraient favoriser le maintien ou l'installation dans la commune de jeunes ménages.
A front de la Vieille rue du Moulin, sept maisons à deux étages larges de 6 mètres, soit des maisons du type de celles qui existent à cet endroit. En prolongation de la Montagne de Saint-Job - par une antenne de voirie qui existe déjà mais qui se terminera à l'avenir par un élargissement de l'espace public - l'on construira trois petits immeubles à un étage larges de 10 mètres, de quatre appartements chacun, ainsi que 19 maisons unifamiliales à un étage larges de 4,8 à 6 mètres. Des jardins sont prévus à l'arrière.

La commune estime à 38 les voitures supplémentaires dans le quartier, plus 20 voitures de visiteurs : cela semble bien peu. Les parkings et garages ? Il y en aura 1,5 par logement moyen et 0,5 par logement social ainsi que pour les visiteurs. Là se trouve le problème essentiel de ce lotissement, car le parking est déjà serré dans le quartier. De plus, le passage à la Montagne de Saint-Job, dont la voirie est très étroite, en prendra un coup, même si le plan communal envisage (point 4) une possibilité d'adaptation de la signalisation et des sens uniques.
Le comité de quartier organise une réunion ce samedi à 14 h au resto "Repos de la Montagne". Les récriminations seront-elles abondantes ?
Le PPAS, reconnaît le président de l'Association des comités de quartier d'Uccle (ACQU), M. Antoine, est à peu près respecté. Bien sûr, il est déjà ancien, certains nouveaux habitants ne le connaissent sans doute pas, et pourraient avoir une autre philosophie urbanistique que celle qui était la nôtre il y a vingt ans. Il existe aussi des points du document qui me posent question. Ainsi, que signifie un logement "de type social" ? Est-ce réellement un logement social, comme nous le souhaitions ? Et en matière de bruit, les propositions paraissent confuses.

Mais il ne s'agit ici que du début d'une opération : après, il devra y avoir demande de permis de bâtir, recherche de crédit pour les voiries, demande d'offres aux entreprises, avant les décisions. Avec un passage au conseil communal et à la Région... Celle-ci sera-t-elle d'accord pour que l'on se contente de lotir ce seul petit bout ? Un long pèlerinage commence.

 
  SOURCE : BRAVO UCCLE   06.1999

Copyright © 2003-2017  Avijl.org - All Rights Reserved  |  mentions légales  |  CONTACT