Plateau Avijl

 
 

CLASSEMENT ET PLANS

Classement

Le Plateau Avijl : 75% sont classés
Le 16 mai 2014, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a définitivement classé le cœur du plateau Avijl, reconnaissant ainsi l’importance de ce site sur le plan écologique et paysager, ainsi que son rôle social. Cette « victoire » ne représente tout au plus qu’un acte symbolique au niveau politique.
L'association Protection et Avenir d'Avijl mettra bien évidemment tout en œuvre afin de préserver la l'intégralité du plateau Avijl de tout projet immobilier et de toute spéculation politique. Les textes repris ci-dessous ne représentent qu’une partie du dossier classement:

Localisation
Le plateau avijl est situé entre la chaussée de Saint-Job, la rue de Wansijn, la Vieille rue du Moulin, la Montagne de Saint-Job et la rue Jean Benaets à Uccle 

Description sommaire
Le plateau Avijl culmine à environ 90 mètres d'altitude et est délimité par des talus en forte pente qui atteignent jusqu'à une quinzaine de mètres de dénivellation par rapport aux rues avoisinantes, Sa superficie couvre environ 9 hectares. Composé par l'alternance de couches géologiques présentant des caractéristiques différenciées en termes de porosité et de perméabilité, le plateau correspond à une zone de captation et d'emmagasinement des eaux de pluies. Il jouerait ainsi un rôle de régulateur des inondations en temporisant l'effet de fortes pluies. Sa situation topographique lui confère une scénographie intéressante avec ses flancs retombants dans la majeure partie des ses côtés. Sa position surélevée par rapport aux terrains environnants présume des perspectives intéressantes sur l'église Saint-job ou vers les sites du Kauwberg et du Fond'Roy. Le site relève d'un aspect paysager champêtre et villageois exceptionnel, atypique en milieu urbain, lié principalement à son occupation. 

Historique
Les terrains font partie de l'ancienne forêt charbonnière et du domaine de la Seigneurie de Carloo. Ancienne terre de culture et de pâturage défrichée et exploitée dès la fin du XIXe siècle, le site garde l'aspect campagnard de la commune d'Uccle d'antan. Il s'agit d'un des derniers espaces appartenant au paysage rural des anciens hameaux de la commune. Le plateau participe ainsi au maillage vert bruxellois. En 1908 le domaine a été acquis par les religieuses du couvent de Saint-Job. De cette occupation, il subsiste une partie du mur d'enceinte le long de la rue Wansijn. Les vestiges d'une ancienne excavation de sable, datant du début du XXe siècle, se trouvent à proximité de la vieille rue du Moulin. A l'arrêt de l'exploitation, le lieu a longtemps été utilisé comme décharge. Actuellement, il s'agit d'une friche en voie de recolonisation forestière. Un ancien chemin pavé d'aspect champêtre, bordé d'anciens poteaux d'éclairage, signés Edmond Denis, traverse le plateau reliant la rue Montagne de Saint-Job à la rue Jean Benaets, située à un niveau altimétrique inférieur, via un escalier en pierre qui longe le bâtiment de l'école Saint-Job, construit en style Art-Nouveau par l'architecte Henri Jacobs, vers 1900.

Espace vert
Enclavé au milieu des habitations et des commerces du vieux quartier de Saint-Job, le plateau Avijl correspond à un espace anthropisé, qui évolue vers un milieu semi-naturel. Il est formé d'un ensemble de parcelles qui s'intercalent et se complémentent du point de vue écologique, constitué de friches herbacées et boisées, d'un bois de feuillus, d'une prairie haute fauchée et d'une autre basse et pâturée ainsi que d'un ensemble de petites surfaces cultivées destinées à des potagers, parsemés d'abris de jardin hétéroclites et entrecoupés de sentiers ludiques. Quelques pommiers attestent l'existence d'un ancien verger abandonné. Un bois de feuillus, composé d'une grande proportion d'érables sycomores, de bouleaux verruqueux et de saules marsault parmi quelques jeunes charmes et chênes et de quelques robiniers faux-acacia, occupe les terrains les plus élevés du plateau sur des sols limoneux. Le plateau est écologiquement complémentaires aux espaces verts voisins du Fond'Roy et du Kauwberg.

Flore
Près de 166 espèces ont été recensées sur le plateau. Sa flore atteint un niveau assez remarquable, quelques espèces intéressantes du point de vue biologique se trouvent sur le site, comme par exemple le lotier corniculé (Lotus corniculatus), la renoncule bulbeuse (Ranunculus acris), la luzule champêtre (Luzula campestris) ou le vulpin des près (Alopercusus pratensis) que l'on trouve dans les prairies, ou de la fumeterre grimpante ou fumeterre blanche (Fumaria capreolata) au milieu des jardins potagers, ou encore la grande prêle (Equisetum telmateia), la laîche des marais (Carex acutiformis) ou le jonc glauque dans les zones humides. On trouve également sur le plateau une vingtaine de plantes introduites, comme par exemple le robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia), le cerisier tardif (Prunus sertina), la symphorine (Symphoricarpos albus), la renouée du japon (Fallopia japonica), la vergerette du Canada (Conyza canadensis)...

Une grande quantité d'arbustes sauvages, tels les ronces, les mûriers, les framboisiers, les noisetiers participent à la flore du site et contribuent au développement de la faune locale.

Faune
Quelques dizaines d'espèces d'oiseaux nicheurs et migrateurs sont répertoriés dans ce site, attirés par la présence de jardins potagers et de prairies entrecoupées par des haies ainsi que de bouquets d'arbres et d'arbustes, à l'exemple de l'épervier noir, du pigeon ramier, de la tourterelle turque, du pic vert, du bouvreuil, du rouge-queue noir. Plusieurs insectes, comme la petite guêpe, le machaon, le tristan, le myrtil ainsi que d'autres plus rares comme le cigarier du noisetier, les longicornes et la trichie colonisent le site. Deux espèces de batraciens, la grenouille rousse et le triton alpestre, y trouvent occasionnellement refuge. La faune de mammifères est composé de campagnol agreste, de renard, de taupe, de musaraigne carrelet et musette, ou encore de hérisson et d'écureuil roux. Une espèce de chauve-souris, la pipistrelle, a été observée sur le site.

Les jardins potagers, qui occupent le cœur du plateau, se destinent à l'horticulture productive et de loisir. Ils sont tenus par des jardiniers amateurs qui labourent les terrains depuis des décennies et participent à l'entretien des lieux. Outre la fonction productive, ces parcelles se destinent également à l'horticulture et au jardinage de loisir. Les prairies sont consacrées à l'élevage de chevaux, d’ânes et de moutons.

Rôle social
L'importance du plateau n'est pas liée seulement à sa dimension écologique et paysagère mais également à son rôle social et à sa signification culturelle pour la population locale. Les habitants du quartier sont fortement attachés à ce coin verdoyant, enclavé au milieu d'un espace soumis à la forte pression d'une urbanisation.

Intérêt scientifique et esthétique
Par sa configuration géologique, le plateau Avijl joue le rôle d'un bassin d'orage naturel, temporisant l'effet de fortes pluies et réduisant de ce fait, les risques d'inondations du côté de la chaussée de Saint-Job et le bas de la vieille rue du Moulin. La valeur écologique du site repose principalement sur la diversité d'écosystèmes, qui s'intercalent et se complémentent, Cette situation particulière permet l'enrichissement en espèces de la faune et de la flore. Les jardins potagers jouent un rôle primordial de la préservation et au développement de l'avifaune et d'insectes. Avec plus d'une centaine d'espèces végétales recensées sur le site, le plateau est écologiquement complémentaire aux espaces verts voisins.

Le site relève d'un aspect paysager champêtre et villageois exceptionnel. Le site correspond à une mosaïque paysagère verdoyante, composée de parcelles à fonctions multiples ; prairies, friches reboisées, jardins potagers entrecoupés de sentiers ludiques. L'ancien chemin pavé d'Avijl présente un aspect campagnard pittoresque et attrayant et participe au charme des lieux. La situation topographique privilégiée du plateau par rapport aux terrains environnants lui confère une scénographie intéressante et permet des perspectives intéressantes vers des fuyantes environnementales. Le site comprend de nombreux complexes d'éléments de grande et de très grande valeur biologique. 

André Dubois, avec l'aide de Madame Joukoff, Monsieur Martin Tanghe et du Cercle d'histoire d'Uccle.

 

Plans

Ce classement établit deux zones

Une zone classée qui couvre la majeure partie du plateau (et englobe le chemin Avijl). Aucune intervention ne pourra y être pratiquée sans l’accord de la Commission Royale des Monuments et Sites et une autorisation spécifique de la Région. En pratique, et sauf dérogations, il sera interdit d’y installer du matériel, même à titre transitoire, ou d’y aménager une voirie provisoire pour accéder plus aisément à un chantier de construction. 

Une zone de protection autour de la zone classée, qui inclut l’intégralité des parcelles constructibles prévues au PPAS. Tout acte susceptible de modifier les perspectives vers et à partir de ce site (tel un permis d’urbanisme) fera l’objet d’une enquête publique et sera soumis à la Commission royale des monuments et sites, dont l’avis ne sera cependant pas contraignant.

  Plan du plateau Avijl - Association protection et Avenir d'Avijl - 20.10.2015  SUITE... 
  Plan du projet actuel de la Commune  SUITE... 
  Plan du PPAS 28ter approuvé en 2009  SUITE... 

Copyright © 2003-2017  Avijl.org - All Rights Reserved  |  mentions légales  |  CONTACT